Catégories
Fleuves et rivières

Une grande explosion fait 10 morts dans la zone portuaire de Beyrouth

Une énorme explosion près du centre de Beyrouth a tué au moins 10 personnes, blessé des centaines de personnes et envoyé des ondes de choc à travers la capitale libanaise mardi, brisant des fenêtres et provoquant l'effondrement des balcons des appartements.

L'explosion la plus puissante qui ait frappé Beyrouth depuis des années a secoué le sol, laissant certains habitants penser qu'un tremblement de terre avait frappé. Étourdi et en pleurs, certains d'entre eux blessés, des gens ont marché dans les rues pour voir si des proches étaient blessés.

L'explosion s'est produite dans la zone portuaire de la ville. Le ministre libanais de l'Intérieur a déclaré que les premières informations indiquaient que des matériaux hautement explosifs, saisis il y a des années, qui y avaient été stockés avaient explosé. Le radiodiffuseur basé au Liban Mayadeen a cité le directeur des douanes du pays disant que des tonnes de nitrate avaient explosé.

Des images de l'explosion partagées par les résidents sur les réseaux sociaux ont d'abord montré une colonne de fumée s'élevant du quartier du port, suivie d'une énorme explosion qui a envoyé une boule de fumée blanche et une boule de feu dans le ciel. Ceux qui ont filmé l'incident depuis des immeubles élevés dans d'autres quartiers de la ville ont été projetés en arrière par le choc.

Au moins 10 corps ont été emmenés dans des hôpitaux, ont déclaré à Reuters une source de sécurité et une source médicale. La Croix-Rouge libanaise a déclaré que des centaines de personnes avaient été emmenées dans des hôpitaux pour y être soignées.

Le président libanais Michel Aoun a appelé à une réunion d'urgence du Conseil suprême de la défense du pays, selon le compte Twitter de la présidence. Le Premier ministre Hassan Diab a appelé à une journée de deuil mercredi.

L'explosion s'est produite trois jours avant qu'un tribunal soutenu par l'ONU ne rende un verdict dans le procès de quatre suspects du groupe chiite Hezbollah pour un attentat à la bombe de 2005 qui a tué l'ancien Premier ministre Rafik al-Hariri et 21 autres personnes.

La cause de l'incendie qui a déclenché l'explosion n'a pas été immédiatement claire.

Crier et courir
Le chef de la sécurité intérieure Abbas Ibrahim, visitant la zone portuaire, a déclaré qu'il n'empêcherait pas les enquêtes. Un responsable israélien a déclaré qu'Israël, qui a mené plusieurs guerres avec le Liban, n'avait rien à voir avec l'explosion.

Le gouverneur du port de Beyrouth a déclaré à Sky News qu'une équipe de pompiers sur les lieux avait "disparu" après l'explosion.

"J'ai vu une boule de feu et de la fumée se répandre au-dessus de Beyrouth. Les gens hurlaient et couraient, saignaient. Des balcons ont été arrachés des immeubles. Le verre des immeubles de grande hauteur s'est brisé et est tombé dans la rue", a déclaré un témoin de Reuters.

Des habitants ont déclaré que du verre avait été brisé dans des maisons de Raouche, à l'extrémité ouest de la ville méditerranéenne, à Rabieh à 10 km (6 miles) à l'est). Pendant longtemps après l'explosion, des sirènes d'ambulance ont retenti à travers la ville et des hélicoptères ont plané au-dessus.

Le ministre de la Santé a déclaré à Reuters qu'il y avait un "très grand nombre" de blessés. Al Mayadeen TV a déclaré que des centaines de personnes avaient été blessées.

Un autre témoin de Reuters a déclaré avoir vu une épaisse fumée grise près de la zone portuaire, puis entendu une explosion et vu des flammes et de la fumée noire: "Toutes les fenêtres du centre-ville sont brisées et il y a des blessés qui se promènent. C'est le chaos total."

Le porte-parole de l'ONU, Farhan Haq, a déclaré aux journalistes qu'il n'était pas immédiatement clair quelle en était la cause et qu'il n'y avait aucune indication de blessures chez le personnel de l'ONU.

"Nous n'avons pas d'informations sur ce qui s'est passé précisément, ce qui a causé cela, que ce soit un acte accidentel ou artificiel", a-t-il déclaré.

À Chypre, une île méditerranéenne située à 180 km au nord-ouest de Beyrouth, les habitants ont déclaré avoir entendu deux grandes détonations en succession rapide. Un habitant de la capitale, Nicosie, a déclaré que sa maison tremblait, faisant claquer les volets.

(Reportage de Samia Nakhoul, Yara Abi Nader et Laila Bassam; Reportage supplémentaire du bureau de Dubaï et de Beyrouth; Écriture de Lisa Barrington, Ghaida Ghantous et Dominic Evans; Édité par Gareth Jones et Edmund Blair)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *