Catégories
Fleuves et rivières

Un nouveau plan mettra en péril la côte arctique

La Réserve nationale de pétrole de l'Alaska est une vaste étendue de terres publiques fédérales dans l'Arctique américain, délimitée par la mer des Tchouktches à l'ouest et la mer de Beaufort au nord. Plus de dix fois la taille du parc national de Yellowstone, la réserve offre un habitat à une faune étonnante, y compris une abondance de mammifères marins et d'oiseaux marins. Les résidents autochtones du versant nord de l'Alaska utilisent les zones de la réserve pour chasser, pêcher et récolter des ressources de subsistance.

À l'heure actuelle, la réserve est régie par un plan de gestion de 2013. Ce plan prévoit une combinaison équilibrée d'utilisations, avec un peu plus de 50% de la réserve ouverte à la location de pétrole et de gaz et le reste protégé contre la location et le développement.

La semaine dernière, le département de l'Intérieur de l'administration Trump a dévoilé un nouveau plan de gestion qui, s'il est adopté, réduira les protections et ouvrira plus de 80% de la réserve aux opérations pétrolières et gazières. Entre autres défauts, le plan proposé menace un habitat important le long de la côte de la mer de Beaufort.

Agissez maintenant: dites au ministère de l'Intérieur de ne pas ouvrir la National Petroleum Reserve-Alaska à la location de pétrole et de gaz.

La réserve est la plus grande parcelle de terre publique du pays. Selon la loi, la gestion de ce territoire doit être équilibrée. Certaines parties de la zone peuvent être louées pour des opérations pétrolières et gazières, mais la loi oblige les gestionnaires à protéger les autres valeurs de la réserve, telles que son habitat faunique exceptionnel et ses zones d’utilisation de subsistance.

Au lieu de protéger ces valeurs, l'administration Trump a proposé un plan de gestion déséquilibré qui ouvre la grande majorité de la réserve à l'industrie pétrolière et gazière.

NPR-A avec revêtement Yellowstone - couleur - v1La Réserve nationale de pétrole de l'Alaska est peut-être mieux connue pour les énormes troupeaux de caribous qui traversent la région, y compris le troupeau de caribous de l'Arctique occidental et le troupeau de caribous de Teshekpuk. Les zones terrestres de la réserve sont également utilisées par les loups, les grizzlis, les carcajous, les bœufs musqués et les orignaux, ainsi que par une grande variété d'espèces d'oiseaux.

Les zones côtières et estuariennes importantes de la réserve sont moins connues. Ces parties de la réserve sont utilisées par les mammifères marins, notamment la baleine boréale, le béluga et la baleine grise; phoques barbus, tachetés et annelés; ours polaires et morse. Des millions d’oiseaux migrateurs se reposent, se nourrissent, se reproduisent et muent dans les eaux côtières de la réserve, ou nichent sur les îles barrières ou les habitats des terres humides intérieures. Les espèces de poissons, notamment le Dolly Varden, le grand corégone et le cisco arctique, nagent dans les eaux douces et estuariennes.

Certaines zones côtières – y compris les zones spéciales de la baie Peard et de la lagune de Kasegaluk le long de la côte de la mer des Tchouktches – continueront d'être protégées même en vertu du nouveau plan de gestion proposé. Cependant, une grande partie de la côte de la mer de Beaufort perdrait ses protections et pourrait être louée à des opérateurs pétroliers et gaziers. Cela comprend la région de Dease Inlet / Meade River, qui fournit un habitat important pour les oiseaux de mer, la sauvagine, les huards et les oiseaux de rivage, des zones d'échouage pour les phoques tachetés et un habitat de mise bas pour les ours polaires. Cette région est actuellement fermée à la location de pétrole et de gaz, mais serait ouverte aux opérateurs pétroliers et gaziers dans le cadre du plan de gestion proposé par l'administration Trump.

Malheureusement, le plan de l'administration Trump d'ouvrir la Réserve nationale de pétrole-Alaska à la location de pétrole et de gaz n'est que le dernier exemple de sa ruée pour ouvrir notre océan au développement énergétique, éroder les zones protégées, affaiblir les réglementations conçues pour promouvoir la sécurité et la protection de l'environnement et supprimer les possibilités de participation du public au processus décisionnel.

Agissez, soyez un champion de l'océan. Dites au ministère de l'Intérieur de ne pas ouvrir la réserve nationale de pétrole-Alaska à la location de pétrole et de gaz. Demandez-leur de protéger la côte arctique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *