Catégories
Fleuves et rivières

Retards de chargement du GNL aux États-Unis prévus alors que l'ouragan frappe le golfe

Les chargements de cargaisons de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des États-Unis seront probablement retardés car une puissante tempête frappe le cœur de l'industrie pétrolière et gazière américaine sur la côte du Golfe, obligeant plusieurs usines de GNL à fermer.

L'ouragan Laura a touché terre tôt jeudi dans le sud-ouest de la Louisiane comme l'une des tempêtes les plus puissantes jamais frappées dans l'État, les prévisionnistes avertissant qu'il pourrait pousser un mur d'eau à 64 km à l'intérieur des terres. Landfall est venu près de la frontière de la Louisiane avec le Texas.

Des sources commerciales et maritimes ont déclaré s'attendre à ce que les inondations qui en résultent retardent les chargements de GNL de certains ports et augmentent potentiellement les prix au comptant du GNL en Asie. Avant que l'ouragan ne frappe, il y avait déjà eu des dizaines d'annulations de cargaisons américaines au cours de l'été, la pandémie de coronavirus ayant entravé l'activité économique et la demande mondiale de gaz naturel.

"C'est une catégorie 4 (ouragan) et nous parlons d'environ 240 km par heure (vents) et l'impact peut être là jusqu'à vendredi. La question est de savoir combien de dégâts cela peut-il causer aux installations de GNL", a déclaré Kaleem Asghar, directeur de l'analyse du GNL chez ClipperData.

Les exportations américaines de GNL étaient en passe de chuter à 2,1 milliards de pieds cubes par jour (bcfd) jeudi, leur plus bas niveau depuis février 2019, selon les données de Refinitiv.

"Je m'attends à des retards. … Nous n'avons vu aucun chargement de Sabine Pass et Sempra", a déclaré Asghar, faisant référence à l'usine d'exportation de GNL Sabine Pass de Cheniere Energy et au terminal d'exportation de Cameron LNG de Sempra Energy.

Tous deux sont en Louisiane et ont suspendu leurs activités.

Le gaz de pipeline acheminé vers Sabine a été arrêté plus tôt cette semaine pour la première fois depuis la mise en service de l'usine en 2016.

Les méthaniers vides qui devaient arriver à Sabine d'ici la fin de cette semaine se trouvaient dans la mer des Caraïbes, loin de l'ouragan. Au moins un pétrolier de GNL, Bonito LNG, a fait un demi-tour brusque loin de Sabine Pass, a déclaré Rebecca Chia, analyste chez la société de renseignement de données Kpler.

"Même si les terminaux GNL sont capables de résister à des vents d'ouragan allant jusqu'à la catégorie 5, la principale préoccupation est l'impact de (toute) onde de tempête dans les environs, qui menacera la reprise des activités portuaires", a déclaré Chia.

"Les crues soudaines et les raz-de-marée élevés empêchent les navires d'accoster et de charger en toute sécurité leur cargaison."

Elle a déclaré que plusieurs navires dans le golfe du Mexique se dirigent maintenant vers l'usine d'exportation de GNL Corpus Christi de Cheniere au Texas, à environ 400 km au sud-ouest.

(Reportage de Jessica Jaganathan et Scott DiSavino; Montage par Tom Hogue et Will Dunham)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *