Catégories
Fleuves et rivières

Mettre sur pied un groupe de travail interinstitutions conjoint pour lutter contre la pêche illégale

Semaine thématique sur la gouvernance des océans

Par Claude Berube

La sécurité maritime internationale a besoin d'un changement radical de réflexion et d'engagement face à la plus grande menace transnationale du XXIe siècle. Ce n'est pas le trafic de drogue qui, bien qu'il ait un impact sur les comportements criminels et les conséquences malheureuses pour les consommateurs et leurs familles, n'est pas une menace existentielle. Le terrorisme, en particulier le terrorisme maritime, n’est pas non plus la principale préoccupation. Bien que le terrorisme maritime ait eu lieu, il a été rare; et s'il faut y remédier et les auteurs traduits en justice, la fréquence des incidents (USS Cole, MV Limbourg, Bombay, et ainsi de suite) ont été relativement rares.

Au lieu de cela, la communauté internationale doit se tourner vers le psychologue du milieu du XXe siècle Abraham Maslow, dont la hiérarchie des besoins suggère que la sécurité et la sûreté sont importantes mais sont secondaires aux besoins physiologiques de toute personne: repos, chaleur, eau, nourriture.

La nourriture est au cœur de la guerre et de la stabilité nationale. Que ce soit Napoléon ou Frédéric le Grand qui a dit qu'une armée marche sur le ventre, l'inquiétude quant à la disponibilité de la nourriture est évidente dans les sièges médiévaux ou la quasi obsession de Jules César quant à la disponibilité du maïs pour ses légions ou le refusant à ses ennemis comme il discute dans son travail, Les guerres gauloises. Il en va de même pour l’accès aux céréales dans l’Expédition sicilienne, les liens de l’Empire romain avec l’Égypte ou dans certaines prises de décisions dans les grandes campagnes.

En termes de sécurité maritime, la vie maritime fournit le besoin le plus fondamental de protéines. Contrairement à l'adage populaire utilisé dans un autre contexte, il n’y a pas toujours d’autres poissons dans la mer. La consommation de poisson continue d’augmenter avec la population, mais la population de poisson n’augmente pas nécessairement avec la demande humaine. Il est difficile de trouver un rapport sur la pêche qui ne brosse pas un tableau sombre de la surpêche dans la plupart des eaux. Les protéines marines pour les humains et comme farine de poisson pour le bétail se développent sans relâche. Certains rapports désastreux suggèrent qu'au milieu du siècle, la pêche commerciale ne sera plus viable en raison de l'épuisement des poissons. Le poisson en tant que ressource sera combattu tout comme les épices et l'huile ont été la cause de conflits, mais cela pourrait être bien pire étant donné que les épices étaient une finesse et non une nécessité dans la hiérarchie des besoins. Et si toutes les nations dépendent économiquement du pétrole, son indisponibilité ne serait pas aussi immédiatement mortelle que la disparition de la protéine marine fondamentale. En fait, certains pays ont déjà commencé à tirer sur des navires de pêche qui pénètrent dans les eaux locales. C'est le canari dans la mine de charbon pour la sécurité maritime.

Dans presque tous les forums maritimes, le public se souvient des pourcentages 90/80/70: les proportions de navigation maritime, la population humaine vivant près de l'eau et la surface de la Terre recouverte d'eau. Dans ce cas, nous devons envisager un nouvel ensemble de chiffres qui affecte la sécurité maritime, 50/40/30/20, comprenant:

  • 50 pour cent des stocks mondiaux de poissons pleinement exploité
  • 40 pour cent de la population mondiale dépend du poisson pour se nourrir
  • 30% de la flotte de pêche mondiale est chinoise
  • 20 pour cent des poissons du monde sont capturés illégalement

Une partie du problème est que 20 pour cent, autrement connu sous le nom de pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN). Il suffit de lire le travail effectué au Pew Charitable Trusts ou le journalisme superlatif par journaliste Ian Urbina qui jettent une lumière sur la pêche illégale et sa relation avec d'autres problèmes de sécurité. 20 à 30 pour cent du poisson vendu aux États-Unis, par exemple, a été capturé illégalement. Cela peut être plus élevé ailleurs.

La marine américaine n'a pas pour mission de lutter contre la pêche illégale, comme l'a dit un jour un défenseur de haut rang de la marine à cet auteur. «Ce n'est pas notre travail. Ce n'est pas notre mission. Nous devons traiter avec la Chine. » La Chine est au cœur du problème étant donné la façon dont ses flottes de pêche se sont déplacées bien au-delà de la mer de Chine méridionale pour presque toutes les régions du globe au cours des dernières décennies. Le problème est reconnu par l’actuelle administration américaine: «La RPC se classe au premier rang mondial pour la pêche illégale, non déclarée et non réglementée dans les eaux des nations côtières du monde entier, menaçant les économies locales et portant atteinte à l’environnement marin. La réticence des dirigeants chinois à freiner ces pratiques nuisibles à l’échelle mondiale ne correspond pas à leurs promesses rhétoriques de gestion environnementale. » Au Congrès, la loi maritime SAFE visant à faire face à la menace de la pêche INN pour la sécurité nationale a été incorporée dans la loi d'autorisation de la défense nationale de 2020. Seuls quelques éléments de cette législation ordonnent l'inclusion de la pêche INN dans le cadre de la mission de la Forces maritimes combinées, y compris des exercices de pêche contre la pêche INN dans les exercices annuels en mer menés par le ministère de la Défense, en coordination avec les garde-côtes des États-Unis, et création de partenariats similaires à l'Initiative de sécurité maritime de l'Océanie et au Partenariat pour l'application du droit maritime en Afrique dans d’autres régions prioritaires. Il encourage également les accords de shiprider.

La Marine résisterait naturellement à cette mission supplémentaire pour diverses raisons. Sur le plan organisationnel, il évolue très lentement et s'oppose fondamentalement au transfert de certaines ressources de construction des navires capitaux vers des navires plus petits qui conviendraient mieux aux missions de sécurité maritime telles que les partenariats IUUF. Les entrepreneurs influents de la défense sont également prédisposés à des programmes de navires plus importants compte tenu des considérations financières. En outre, certaines des zones les plus menacées, comme au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest, ne sont pas là où la marine peut investir de nombreux actifs compte tenu d'autres menaces et missions dans le Pacifique occidental et au Moyen-Orient. Bien que la Garde côtière soit le choix faisant autorité pour lutter contre la pêche INN, elle a besoin de plus de ressources, en particulier compte tenu du coût même de la poursuite des navires capturés.

Cependant, la Marine est profondément impliquée dans la compétition des grandes puissances et la pêche INN fait désormais partie de cette dynamique. La diminution des protéines marines a le potentiel de déstabiliser la Chine, compte tenu de son appétit insatiable de nourrir son énorme population, ce qui augmente le risque qu’elle représente pour d’autres pays alors qu’elle tente de satisfaire ses besoins essentiels aux dépens des autres. La Chine fera de plus en plus pression sur les États pour qu'ils aient accès à leurs eaux ou s'impose carrément comme elle l'a déjà fait auparavant. À court terme, la pêche INN prive les populations locales des ressources et des avantages économiques des protéines marines. Aujourd'hui, les navires de pêche chinois naviguent dans les eaux mondiales pour leurs propres intérêts, mais demain, leurs coques blanches suivront pour protéger ces intérêts. Et puis, étant donné la taille rapidement croissante de la marine chinoise, les coques grises finiront par garantir que les flottes de pêche ne seront pratiquement pas gênées par aucune nation.

Pour contrer cela, le ministère de la Défense devrait créer un nouveau groupe de travail interinstitutions conjoint pour la pêche INN (JIATF-IUUF) qui a des responsabilités initiales hors de l'Afrique. Un tel JIATF, idéalement dirigé par des officiers de la Garde côtière américaine, doit travailler en étroite collaboration non seulement avec les pays partenaires, mais avec les organisations non gouvernementales qui ont été à l'avant-garde du défi de la pêche INN. Des organisations telles que Veille mondiale de la pêche, C4ADS, et d'autres devraient être consultés, tout comme la Sea Shepherd Conservation Society, qui a déplacé son objectif de défier les baleiniers japonais dans l'océan Austral à des partenariats public-privé fructueux, en particulier en Afrique. Sea Shepherd fournit des plates-formes et des équipages tandis que les pays hôtes partenaires embarquent des détachements d'application de la loi. Cela a entraîné la capture ou la saisie de plus de 50 chalutiers de pêche illégale ces dernières années. Sea Shepherd, une organisation qui compte plus d'une douzaine de navires dans le monde, est en mesure d'opérer pour environ 10 millions de dollars par an (en partie grâce au fait que la plupart des membres d'équipage sont des bénévoles non rémunérés). Que le gouvernement américain soit prêt à l'admettre ou non, Sea Shepherd fournit un renforcement des capacités et des partenariats maritimes qui ont été couronnés de succès. Dans certains cas, il a utilisé d'anciens couteaux de la Garde côtière. Mais le fait qu'ils puissent avoir un tel impact à faible coût doit être considéré comme un modèle possible pour les futurs partenariats américains.

Conclusion

Entre les ONG, les éléments des agences gouvernementales américaines et la législation du Congrès, il y a des avancées positives vers la lutte contre la pêche INN. Compte tenu des taux d’épuisement rapide des stocks de poissons, de la présence mondiale croissante de la Chine et de l’impact de la pêche INN sur les économies, des mesures supplémentaires doivent être prises. Une partie de cette action nécessite une réévaluation des véritables mesures novatrices et adaptatives que les ONG ont utilisées en partenariat avec les pays hôtes pour faire face à ce qui pourrait être le plus grand défi du XXIe siècle.

Le commandant Claude Berube, USNR, PhD enseigne à la U.S. Naval Academy. Les opinions exprimées sont les siennes et pas nécessairement celles de l'Académie ou de la Marine.

L'image sélectionnée: (Photo de la Garde côtière sud-coréenne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *