Catégories
Fleuves et rivières

Les responsables de l'expédition appellent à l'action pour résoudre Maersk

Plusieurs dirigeants de l'industrie du transport maritime ont exprimé leur soutien aux Maersk Tankers et demandent au gouvernement de prendre des mesures pour débarquer près de 30 migrants de l'un de ses pétroliers bloqués au large de Malte.

Maersk Tankers a déclaré que son pétrolier Maersk Etienne était bloqué en mer depuis le 4 août, lorsque son équipage a sauvé 27 migrants d'un canot en bois qui était à la dérive depuis des jours. Les autorités maltaises, tunisiennes, italiennes et libyennes ont refusé l'entrée, laissant les migrants dormir sur des matelas et des couvertures à bord, certains sur le pont protégés du soleil par des stores de fortune.

«Il est profondément préoccupant que les autorités n'aient pas trouvé de solution pour les 27 réfugiés, dont une femme enceinte – secourue à la demande expresse de Malte et détenue sur le pont du navire battant pavillon danois Maersk Etienne pendant un mois dans des conditions de vie inacceptables – ignorant leur sort et saper les obligations éternelles d'un bon matelotage », a déclaré Robert Maersk Uggla, PDG d'AP Moller Holding.

<< L'affaire crée un terrible précédent pour la flotte marchande mondiale et la voie commerciale méditerranéenne. Alors que notre groupe a sauvé des milliers de personnes au fil des ans, nous avons du mal à nous souvenir d'avoir jamais eu un cas, où un navire et son équipage ont été laissés sans soutien. Non seulement l'industrie est abasourdie par l'inaction des États concernés, mais le PDG de Human Right Watch (Kenneth Roth) a soulevé des préoccupations humanitaires.

"Alors que beaucoup d'entre nous reconnaissent les considérations politiques difficiles, nous attendons désespérément que Malte et le Danemark trouvent une solution pour les réfugiés, avec l'UE ou d'autres parties concernées, afin que le navire et son équipage soient libérés."

D'autres à Maersk, y compris le PDG de Maersk Tankers Christian M. Ingerslev et le capitaine du navire Volodymyr Yeroshkin ont également appelé à une aide immédiate alors que le moral et les conditions à bord se détériorent. Trois migrants ont été secourus dimanche après avoir sauté par-dessus bord.

"C'est vraiment honteux ce que les autorités nous font. L'équipage a fait son travail honorablement. Mais les personnes que nous avons secourues sont abandonnées et le navire est paralysé. Nous devons agir", a déclaré Yeroshkin.

Maintenant, les dirigeants d'autres compagnies maritimes ont commencé à peser.

«Chez Stena Bulk, nous suivons de près l'évolution de la situation à bord du Maersk Etienne et tout le monde à bord est dans nos pensées», a déclaré Erik Hånell, PDG de Stena Bulk.

<< Il est important que les personnes en détresse en mer puissent compter sur d'autres proches pour leur venir en aide et les sauver avec espoir. C'est l'une des règles fondamentales en mer et ce que nous, les compagnies de navigation marchande, ne ferions jamais différemment. C'est donc très important. que nous pouvons également avoir confiance que nous obtenons une réponse des autorités compétentes pour prendre le relais lorsque la situation la plus aiguë est passée.

"Nous nous associons à Maersk Tankers dans leur plaidoyer pour une action urgente des autorités compétentes afin que les 27 immigrants à bord soient débarqués en toute sécurité et reçoivent l'attention nécessaire et que Maersk Etienne puisse poursuivre son voyage."

Mikael Skov, PDG d'Hafnia, a déclaré: "Hafnia vous soutient à 100%. Il est tragique de voir que les réfugiés et l'équipage sont abandonnés et impuissants à bord de Maersk Etienne. L'obligation d'aider les personnes en détresse est quelque chose que nous soutenons sans réserve. Les gens. Premièrement. Toujours. Mais l'équipage d'un navire ne peut pas faire grand-chose. Les autorités compétentes doivent prendre le relais pour veiller à ce que les réfugiés reçoivent les soins appropriés qu'ils méritent. Nous élevons ici notre voix pour soutenir les réfugiés et les Maersk Tankers, appelant les autorités d'agir de toute urgence. "

Ingerslev a déclaré: "Mes préoccupations vont aux 27 personnes que nous avons secourues il y a un mois et à notre équipage à bord qui a rempli son devoir moral et juridique. Il est préoccupant que les autorités compétentes n'aient pas trouvé de solution pour que les gens puissent débarquer et recevoir des soins. dont ils ont besoin et notre équipage peut continuer son voyage en toute sécurité. "

"Cette situation est ridicule", Hugo De Stoop, PDG d'Euronav, a écrit dans un commentaire à Ingerslev. "Votre équipage a agi non seulement comme il se doit, mais de manière très humanitaire. Vous devriez tous être considérés comme des héros pour avoir sauvé des vies et au lieu de cela, vous êtes sévèrement puni de ne pas pouvoir continuer votre voyage. Les autorités démontrent leur incompétence."

«Nous vous soutenons pleinement», a écrit Franck Kayser, CEO Ship Management, V. Group, à Maersk Tankers. «La situation à bord du Maersk Etienne appelle les politiciens et les gouvernements à prendre immédiatement leurs responsabilités.

«S'il est formidable de voir le gouvernement danois travailler dur pour assurer la sécurité des 27 réfugiés pris en charge par Maersk Etienne, c'est avec un mélange de déception et de frustration que nous sommes témoins de la situation.

"Nous appelons les gouvernements à prendre des mesures et à laisser les réfugiés à bord du Maersk Etienne débarquer et faire régler leur situation par les autorités compétentes et laisser le capitaine et son équipage commencer leur voyage."

Le groupe industriel, la Chambre internationale de la navigation (ICS), l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) appellent également à une action immédiate.

Le Maersk Etienne est au moins le troisième navire marchand cette année à s'immobiliser alors qu'il s'occupait des migrants à la suite des sauvetages du porte-conteneurs Marina en mai et du bétail Talia en juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *