Catégories
Fleuves et rivières

Les chefs militaires ont besoin d'esprits calmes à l'ère numérique

Par Bill Bray

Si vous pensez que la bonne lecture ou la contemplation profonde aide à être un meilleur leader, réfléchissez à quel point il peut être difficile aujourd'hui de créer un endroit calme où l'on peut être exempt de distraction numérique. Il faut un peu de discipline pour entraîner l'esprit à se concentrer sans interruption ou à lire des textes difficiles. Mais leur lecture va à son tour discipliner l'esprit. C'est un cercle vertueux.

En 2005, je me suis déployé en Afrique de l'Est. C'était mon sixième déploiement et j'étais enthousiasmé par un nouveau défi dans une partie du monde que je n'avais jamais visitée. J'ai couché dans une petite pièce sans télévision ni connexion Internet. J'ai apporté avec moi une pile de livres à lire, sachant que malgré toutes leurs demandes et leurs défis, les déploiements loin des longs trajets et des responsabilités domestiques offrent un temps plus calme, même avec des semaines de travail plus longues.

Les préparatifs intensifs de déploiement au cours des mois précédents ont laissé à peine un moment libre à lire, et après avoir été sur le terrain pendant quelques semaines et dans un rythme de travail stable, j'avais hâte de plonger dans des livres lourds mais gratifiants. À la première occasion, je m'attendais à savourer à nouveau instantanément la joie de me perdre dans un grand livre.

Au lieu de cela, quelque chose de très déconcertant s'est produit. Je ne pouvais pas me concentrer assez longtemps pour lire en continu bien au-delà d'une seule page. Je continuais de regarder, m'attendant à être interrompu par quelque chose – une alerte par e-mail, un message instantané, un appel vidéo, une sonnerie de téléphone portable. Après une demi-heure de cela, j'ai claqué le livre et j'ai marché sur un chemin poussiéreux vers mon bureau. J'étais agité et tendu, un symptôme révélateur d'un trouble situationnel du déficit de l'attention. J'étais aussi dans une panique que mon cerveau de lecture était perdu pour toujours.

Cette expérience troublante s'est produite avant l'introduction du téléphone intelligent, un événement majeur où l'occasion d'échapper à la tentatrice de la distraction numérique a pratiquement disparu. À la fin des années 2000, l'hyper-connexion était arrivée et a depuis mené une guerre sans restriction contre tout ce qui reste de notre temps calme sans distraction. Mais pour bien lire et contempler, il faut se battre, alors comptez-moi aujourd'hui dans le cadre d'une réaction grandissante de gens qui se déconnectent le plus souvent possible chaque jour.

Je ne suis pas luddite. Je préfère que la technologie de confort rende possible. Les gens du XIXe siècle avaient beaucoup de temps tranquille, mais je ne veux pas avoir à utiliser une dépendance ou à aller chercher de l'eau dans un puits dix fois par jour. Néanmoins, les nouvelles technologies entraînent souvent des conséquences imprévues qui doivent être traitées. Les effets néfastes d’une distraction régulière de l’attention sont désormais bien établis dans un large corpus de recherches. Ils comprennent une capacité réduite à effectuer une gamme de tâches cognitives et à gérer ses émotions. Les lecteurs en prennent note – n'essayez pas de lire Macbeth avec un téléphone intelligent à portée de main.

Profondément distrait

À mon avis, l'armée a mis du temps à réaliser à quel point cela est important pour s'assurer que les dirigeants nourrissent leur esprit. Pendant plus de deux décennies, le thème dominant en ce qui concerne l'intersection du développement des chefs militaires et des technologies de l'information a été plus connecté, mieux c'est. Il est devenu un mantra que la vitesse à couper le souffle de l'innovation dans les technologies de l'information changeait la guerre, et les dirigeants devaient l'adopter, la comprendre et la suivre. S'il est difficile à un certain niveau de s'opposer à cet impératif, il est maintenant clair qu'il serait insensé de ne pas tenir compte des récentes découvertes scientifiques pour déterminer comment l'environnement numérique hyperconnecté d'aujourd'hui affecte négativement les compétences de pensée critique prisées par les bons chefs militaires.

Le regretté Dr Clifford Nass dirigeait le laboratoire de communication entre les humains et les médias interactifs (CHIME) de l'Université de Stanford jusqu'à sa mort prématurée en 2013. Pendant plusieurs années, il a été à la pointe de la recherche sur les effets du multitâche via les médias numériques sur les capacités cognitives et humaines. développement émotionnel et performance. À la fin des années 2000, CHIME et d'autres publiaient des recherches évaluées par des pairs détaillant ces effets et avertissant que la prolifération des technologies numériques portables telles que les téléphones intelligents ne ferait qu'exacerber le problème. Peu de temps avant sa mort, Nass a accordé une large interview à la National Public Radio sur ce que le corps de la recherche révélait. L'extrait suivant capture l'essence des résultats:

La recherche est presque unanime, ce qui est très rare en sciences sociales, et elle indique que les personnes qui effectuent plusieurs tâches de façon chronique présentent une énorme gamme de déficits. Ils sont fondamentalement terribles dans toutes sortes de tâches cognitives. . . nous avons des échelles qui nous permettent de diviser les gens en personnes qui effectuent plusieurs tâches à tout moment et en personnes qui le font rarement, et les différences sont remarquables. Les personnes qui effectuent plusieurs tâches à tout moment ne peuvent pas éliminer la non-pertinence. Ils ne peuvent pas gérer une mémoire de travail. Ils sont chroniquement distraits. Ils initient des parties beaucoup plus grandes de leur cerveau qui ne sont pas pertinentes pour la tâche à accomplir. Ils sont même terribles en multitâche. Lorsque nous leur demandons d'effectuer plusieurs tâches, ils sont en fait pires. Ce sont donc des épaves mentales.1

Il va sans dire que les officiers et chefs militaires ont besoin de leur jeu cognitif à un niveau où ils peuvent, au minimum, «filtrer la non-pertinence» et éviter d'être des «épaves mentales».

Depuis l'entretien de Nass en 2013, de nouvelles études n'ont fait que renforcer la gravité de ce problème. Jean M. Twenge, professeur de psychologie à l'État de San Diego, a récemment publié des recherches sur la façon dont les téléphones intelligents entravent le développement mental et émotionnel des adolescents. Elle documente cela dans son livre iGen: Pourquoi les enfants super-connectés d'aujourd'hui grandissent moins rebelles, plus tolérants, moins heureux et complètement non préparés à l'âge adulte. Cette génération, née pour la première fois au milieu des années 90, vient de rejoindre l'armée. Le camp d'entraînement et la formation d'officier reçoivent de jeunes esprits moins capables de se concentrer après des années de bombardement dans un environnement multitâche saturé de médias numériques. Pourtant, l'armée ne commencera pas à s'attaquer à ce problème tant qu'elle n'aura pas cessé d'envoyer son propre signal: être connecté numériquement tout le temps est la bonne chose à faire professionnellement. Le fait d'être toujours «branché» avec les dernières technologies et le multitâche médiatique qu'il réclame constamment est depuis trop longtemps défendu comme un outil vital du leadership moderne, et non comme quelque chose à être prudent. Il est temps que les services militaires prennent au sérieux les implications de la recherche en sciences cognitives.

Le cerveau humain est extrêmement élastique. Tout en soumettant son esprit à une quantité excessive de distraction conduit à une gamme de déficits cognitifs, comme le note Nass, le libérant autant que possible de la distraction pour laisser du temps où l'on peut se concentrer pleinement sur une seule tâche prolongée, comme la lecture profonde, s'améliore le pouvoir de concentration. Il convient de noter que la contemplation n'est pas la méditation, même si cela a certainement des avantages pour la santé également. La contemplation est agréable mais c'est aussi une forme de travail, et le faire régulièrement est nécessaire pour bien réfléchir et garder sa capacité de concentration, que ce soit pour résoudre des problèmes conceptuels difficiles ou rester concentré dans des environnements autrement chaotiques.

Les avantages de la contemplation ne sont pas non plus quelque chose que la science moderne a découvert à l'ère numérique. Il serait plus juste de dire que grâce à des recherches récentes, la science les a redécouvertes grâce à une compréhension beaucoup plus complexe et fondée sur des preuves du fonctionnement de l'esprit humain et de ce qui l'aide à bien fonctionner. Les anciens Grecs accordaient une grande importance à la valeur stimulante de la contemplation, et pas moins qu'Aristote lui-même ne semblait avoir du mal à trouver le meilleur équilibre entre la vie active et la vie contemplative. Dans le livre 10, les sections 7 et 8 de Éthique à Nicomaque, Discours d'Aristote sur l'activité humaine de l'esprit (theoria), communément traduit par contemplation. Pour Aristote, l'activité d'étude ou de contemplation n'est pas quelque chose que l'on fait juste pour apprendre. Au lieu de cela, c'est une activité qui s'accorde avec le caractère vertueux. La contemplation est une fin en soi, une manière de partager le divin, et non une tâche accomplie uniquement pour obtenir un avantage pratique. Il n’est pas non plus nécessaire de s’engager régulièrement dans la contemplation pour être un bon citoyen – ce qui est tout à fait réalisable en développant ce qu’Aristote a appelé la «sagesse pratique» (phronesis). Alors qu'Aristote n'aurait pas pu imaginer la technologie numérique et son influence pernicieuse sur notre capacité à nourrir nos esprits par la contemplation, il croyait qu'une vie d'action ou d'activité qui ne comprend pas également suffisamment de temps pour la contemplation n'est pas une vie bien vécue.2

Le maître de 3e classe de la Marine Antwoun Stevens écrit de la poésie dans son rack à bord du croiseur lance-missiles USS Lake Erie, le 19 octobre 2017. (Photo de la marine par le maître de 3e classe Lucas T. Hans)

La contemplation exige et améliore à la fois un esprit calme et sans distraction. Et en s'y engageant régulièrement, on entraîne également l'esprit à penser au-delà des préoccupations du leadership au quotidien et à aborder efficacement des questions plus vastes qui méritent une réflexion approfondie, telles que celles du changement organisationnel et de la stratégie. Nous connaissons tous des dirigeants qui, dans le langage actuel, sont connus sous le nom de «grands penseurs» ou de «penseurs stratégiques». En les désignant de cette manière, nous ne voulons pas seulement dire qu’ils sont très intelligents, ce qu’ils sont sûrement. La description capture plus précisément une qualité intellectuelle qui doit être cultivée consciemment au cours d'une carrière grâce à des études régulières, une concentration sans distraction et une profonde contemplation. Ils lisent bien.

Au risque de ressembler à une manivelle se plaignant des jeunes aujourd'hui, il faut se demander si une génération de smartphones qui se sent obligée d'être constamment connectée et joignable à chaque moment d'éveil se handicape à cultiver les habitudes nécessaires au développement de cette qualité. Une culture professionnelle qui exalte en tant que leadership souhaité attribue la capacité de bien fonctionner dans la cacophonie frénétique d'un environnement multitâche médiatique sape une exigence beaucoup plus essentielle – que les jeunes dirigeants développent les habitudes d'esprit importantes nécessaires à la haute direction et à la pensée stratégique .

Trouver le bon équilibre

Des signes prometteurs émergent d'une prise de conscience croissante de l'impact néfaste de l'ère numérique sur la santé cognitive. Les recherches susmentionnées génèrent de la littérature générale qui sert d'avertissement de santé publique et de guide sur la façon de naviguer dans l'environnement saturé de médias numériques d'aujourd'hui afin que l'on puisse profiter de ses avantages et de ses innovations sans s'exposer à ses dangers. Il existe un moyen qui ne nécessite pas le style de vie d'un ermite.

Par exemple, dans son livre de 2017 La vengeance de l'analogique: les vraies choses et pourquoi elles comptent, David Sax soutient que l'utopie numérique promise s'est avérée être un mirage. Il signale une multitude d’études, d’enquêtes et de statistiques pour étayer cette affirmation, mais prend également soin de prescrire un équilibre lors de l’intégration des médias numériques dans la vie quotidienne, par opposition à l’abstinence. De plus, en 2018, Raymond Kethledge et Michael Erwin ont publié Dirigez-vous d'abord: inspirer le leadership par la solitude, qui comprend des exemples de dirigeants qui ont grandement profité de leur engagement régulier à passer du temps seul et sans distraction.

Pour bien lire, le leader doit trouver cet équilibre prudent. Les hauts dirigeants militaires qui sont arrivés à maturité avant la révolution numérique prennent maintenant leur retraite, mais pour ceux qui sont encore dans des lieux d'influence, ou pour tout chef qui sent qu'il pourrait y avoir un problème, résistez à la tentation de la connectivité et assurez-vous que ceux qui sont immergés dans une distraire le milieu quotidien des stimuli numériques peut se débrancher régulièrement pour nourrir un esprit bien concentré. Les dirigeants à tous les niveaux doivent maintenir un esprit vif et concentré, et l'organisation qui compte sur leur service leur doit un environnement où l'esprit peut mieux s'épanouir. Je pense que ceux qui sont déterminés à bien lire auront besoin du moins de conviction.

Bill Bray est un capitaine à la retraite de la Marine et est actuellement rédacteur en chef adjoint du U.S.Naval Institute's Procédure.

Image vedette: PENSACOLA, Floride (25 août 2012) Des centaines d'employés et d'étudiants du Centre for Information Dominance Unit Corry Station se rassemblent tôt samedi matin en préparation de la tempête tropicale Isaac. (U.S.Navy Photo de Gary Nichols / libérés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *