Catégories
Fleuves et rivières

L'Australie interdit à un autre vraquier d'avoir des salaires impayés

Un vraquier battant pavillon libérien a été banni des ports australiens pendant 12 mois après que les autorités ont découvert que les gens de mer à bord étaient sous-payés, avaient expiré leurs contrats de travail et demandaient leur rapatriement.

Le TW Hamburg de 93 229 tpl est le deuxième vraquier à être récemment banni d'Australie pour sous-paiement de l'équipage, après Agia Sofia sous pavillon libérien plus tôt cette semaine.

L'Autorité australienne de la sécurité maritime (AMSA) a déclaré que ses inspecteurs étaient montés à bord du TW Hamburg de 229 mètres à Gladstone le vendredi 24 juillet, après avoir reçu une correspondance indiquant que les gens de mer à bord avaient expiré leurs contrats de travail et ont demandé leur rapatriement. De plus amples informations et une assistance ont été fournies par la Fédération internationale des ouvriers du transport.

Au cours de l'inspection, AMSA a été approchée par des gens de mer qui prétendaient avoir été sous-payés. Des éléments de preuve ont été recueillis lors de l’inspection de l’AMSA qui ont corroboré ces allégations et confirmé que l’équipage devait environ 42 000 dollars australiens (30 000 dollars).

Il a été constaté que les membres d'équipage avaient des contrats d'embauche de marins en double avec une différence de salaire entre les deux accords d'environ 25%. Ils étaient payés sur la base de l'accord pour le montant inférieur.

Au cours de l'inspection, l'AMSA a également découvert que la quantité et la qualité des aliments fournis étaient bien en deçà des normes exigées par la convention du travail maritime. La cuisine et les réfrigérateurs étaient sales et le navire avait de très mauvaises pratiques d'hygiène dans l'ensemble.

L'AMSA a déclaré avoir reçu depuis la confirmation que les gens de mer de TW Hambourg ont maintenant reçu leurs salaires impayés et sont venus à terre pour être rapatriés dans leur pays d'origine. Le navire a quitté Gladstone et ne sera pas autorisé à s'approcher ou à entrer dans un port australien avant le 29 juillet 2021.

«Tirer un avantage financier et maltraiter les gens de mer de cette manière n'est rien de moins qu'une exploitation par des personnes occupant des postes puissants», a déclaré Michael Drake, directeur général par intérim des opérations d'AMSA.

«La majorité des exploitants du secteur font ce qu'il faut de la part de leurs marins, mais pour les rares qui ne le font pas – considérez cela comme un rappel que vous serez tenu responsable.

«L'AMSA a interdit 16 navires des ports australiens depuis 2014, la majorité pour ne pas avoir payé aux gens de mer leur salaire à temps et en totalité. Plus tôt cette semaine, nous avons interdit Agia Sofia pour cela et Fortune Genius et Xing Jing Hai ont tous deux été interdits en septembre 2019 pour avoir collectivement dû 240 000 dollars australiens à leurs marins ».

«Tout navire qui arrive en Australie dans de telles conditions peut s'attendre au même traitement. Nous ne tolérerons pas l'exploitation des gens de mer dans nos eaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *