Catégories
Fleuves et rivières

Implications de la guerre hybride pour l'ordre des océans

Semaine thématique sur la gouvernance des océans

Par Alexander Lott

introduction

Depuis que Frank Hoffman a inventé le terme de «guerre hybride» en 2007,1 de nombreux articles et ouvrages ont été écrits sur ce thème dans la perspective des études militaires et des relations internationales.2 Pourtant, la littérature juridique existante ne s'est pas jusqu'à présent concentrée sur les défis que la guerre hybride pose pour l'ordre des océans. L'une des principales lacunes de la recherche actuelle réside dans le manque de compréhension claire du fonctionnement du droit de la mer dans la guerre hybride.3

La principale question est de savoir comment le droit de la mer peut contribuer à garantir l'état de droit sur les principales routes de navigation touchées par la guerre hybride. Un autre problème de recherche fondamentale réside dans les ambiguïtés sur la manière dont la guerre ou le conflit naval hybride diffère – voire pas du tout – des concepts traditionnels de guerre navale ou d'opérations de maintien de l'ordre. Les implications de la guerre hybride pour la gouvernance des océans méritent d’être examinées, ainsi que l’utilité du concept de guerre hybride pour évaluer la (il) légalité des actions d’un agresseur dans le domaine maritime.

La guerre hybride comme un défi aux droits de navigation

Les moyens de la guerre navale hybride comprennent l'utilisation d'armes à feu et d'explosifs, les arrestations de navires, les cyberattaques, les menaces de force, la coercition économique et les réseaux maritimes gris, pour n'en nommer que quelques-uns.4 Son champ d'application peut également inclure des projets industriels qui provoquent des destructions écologiques et posent des menaces pour la sécurité dans le domaine maritime. Des exemples notables incluent la construction du pont du détroit de Kertch dans la mer Noire, des pipelines souterrains du Nord Stream dans la mer Baltique et des îles artificielles dans la mer de Chine méridionale qui seraient préjudiciables à l'environnement marin et sont contestées par les États côtiers qui sont impacté par ces activités de construction.

Les États côtiers peuvent percevoir ces projets industriels dans leurs eaux adjacentes comme une menace pour leur sécurité nationale. Par exemple, le ministre finlandais de la Défense a évoqué des inquiétudes largement partagées avec les États baltes voisins selon lesquelles la Russie pourrait utiliser ses forces armées pendant une situation de conflit pour contrôler les pipelines Nord Stream qui traversent les zones maritimes finlandaise, suédoise et danoise.5 L'Ukraine a des préoccupations similaires à l'égard du pont du détroit de Kertch et une grande partie de la communauté internationale en ce qui concerne les îles artificielles de la mer de Chine méridionale. Ces projets ont également créé de nouveaux défis pour les droits de navigation dans les zones maritimes concernées et donc pour la stabilité du droit de la mer.

En 2018, le volume du commerce maritime a atteint plus de 11 milliards de tonnes, ce qui représente environ 90% du commerce mondial.6 La guerre hybride est un obstacle à la navigation sur les routes maritimes importantes et a un impact négatif sur la stabilité du commerce mondial. En particulier, ces défis pour les droits de navigation vont à l'encontre des intérêts stratégiques de sécurité maritime de l'Union européenne (UE) et de ses États membres, qui sont «(l) a préservation de la liberté de navigation, la protection de la chaîne d'approvisionnement mondiale de l'UE. et du commerce maritime, le droit de passage innocent et de transit des navires et la sécurité de leur équipage et de leurs passagers. »7 Les États-Unis partagent ces intérêts et, dans la poursuite de ces objectifs, mettent en œuvre le programme de liberté de navigation pour la protection des droits de navigation. Dans l'exemple des opérations de liberté de navigation menées en mer de Chine méridionale, cela a surtout provoqué des tensions avec la Chine. De même, les navires de guerre américains ont rencontré à plusieurs reprises des approches dangereuses des navires de la marine iranienne dans le golfe Persique et des navires de guerre et des aéronefs russes dans la mer Baltique.

La Russie, la Chine et l'Iran sont trois États qui sont principalement associés à l'adoption de techniques de conflit hybride.8 Ce sont également des acteurs importants du droit de la mer, dont les zones maritimes comprennent ou sont proches de voies navigables stratégiques.

On estime que le taux de franchissement dans la mer de Chine méridionale représente plus de la moitié de la capacité de la flotte marchande mondiale,9 et la mer Baltique est une zone où environ 15 pour cent du fret mondial fait l'objet d'un trafic.dix La mer Baltique, la mer de Chine méridionale, le détroit d'Ormuz et la mer Noire sont également des routes stratégiquement importantes pour les expéditions de pétrole et de gaz.11 La mer Baltique, déjà fortement utilisée pour l'exportation du pétrole russe, est également appelée à devenir la plus grande voie de transport du gaz naturel russe vers l'Europe, éclipsant la principale voie de transit alternative en Ukraine.12 La mer Noire, qui détient autant de réserves de gaz naturel que la mer du Nord, est utilisée par la Russie comme l'une de ses principales routes pour les expéditions de pétrole et est également destinée à être traversée par de nombreux oléoducs souterrains.13 De plus, le détroit d'Ormuz est l'un des principaux points d'étranglement mondiaux pour le transport du pétrole. Environ un cinquième des exportations mondiales de pétrole est acheminé via le détroit d'Ormuz.14

L'importance stratégique de ces régions maritimes montre à quel point il est important de faire respecter l'état de droit et de sauvegarder les droits de passage qui y sont. Cependant, ces régions maritimes sont également des zones où la stabilité de la navigation est actuellement sous pression en raison des considérations de sécurité changeantes des États côtiers et des méthodes de conflit hybride. Les navires étrangers qui naviguaient à travers d'importants points d'étranglement du commerce maritime ont récemment été soumis à plusieurs reprises à l'usage de la force ou de la coercition par certains États côtiers. Des exemples notables incluent l'incident du détroit de Kertch du 25 novembre 2018 et les incidents du détroit d'Ormuz à l'été 2019.

Exemples régionaux de zones grises dans le conflit hybride maritime

La zone grise dans la guerre hybride peut être comprise comme un espace à court d'une action militaire claire dans laquelle l'agresseur crée suffisamment d'ambiguïté pour atteindre ses objectifs stratégiques sans s'engager dans une offensive ouverte.15 Lors de l'incident du détroit de Kertch en novembre 2018, la Russie a sans doute fait usage de l'insécurité juridique en opérant dans une zone grise pour compliquer la prise de décision pour d'autres États. Il a saisi trois navires de la marine ukrainienne, dont deux navires de guerre, et a arrêté leur équipage alors qu'ils entraient dans le détroit de Kertch en liberté de navigation. Dans le contexte de l’annexion de la Crimée et du conflit armé dans l’est de l’Ukraine, cet incident a soulevé la question de savoir si les actions de la Russie dans le détroit de Kertch devraient être considérées comme étant entreprises dans le cadre juridique du droit international humanitaire.16 En d’autres termes, il n’est pas tout à fait clair dans quelle mesure le droit de la mer s’applique dans une guerre ou un conflit hybride. Cela est étroitement lié à la question de savoir si le droit de la guerre navale ou le cadre juridique de l’application des lois doit être appliqué dans les soi-disant zones grises pour évaluer la légalité de l’usage de la force par l’État côtier ou de la coercition directe sur la mer.

Lors de l'incident du détroit de Kertch, la Russie a agi ouvertement en utilisant ses navires de la Garde côtière. En revanche, lors des attaques contre deux pétroliers aux abords du détroit d'Ormuz à l'été 2019, l'agresseur a utilisé une opération secrète. Dans le contexte de la mer de Chine méridionale, les activités de la Chine dans une zone grise comprendraient les deux éléments, tels que le recours à des forces de l'ordre et à une milice maritime de manière progressive pour dissuader l'utilisation des ressources naturelles par d'autres États.17

Comme largement reconnu, les droits de passage des navires et des aéronefs étrangers sont au centre des tensions entre la Chine et les États utilisateurs des routes de navigation en mer de Chine méridionale.18 En revanche, la pratique de la Russie en matière de droits de passage des navires et des aéronefs dans, au-dessus et à proximité de ses zones maritimes de la mer Baltique (comme la partie orientale du golfe de Finlande et adjacente à l'enclave de Kaliningrad) est restée largement inaperçue dans recherche légale. Les actions dangereuses répétées d'avions de combat russes contre des navires de guerre américains qui sont entrés dans la mer Baltique, les incursions de sous-marins russes présumés dans les mers territoriales de Suède et de Finlande, ainsi que les multiples violations de l'espace aérien de l'Estonie par les avions russes sont autant d'exemples qui méritent d'être mentionnés. attention accrue dans le contexte du conflit hybride dans la région de la mer Baltique.19

En d'autres occasions, les tensions entre les États côtiers du golfe de Finlande ont eu un impact négatif direct sur les droits de passage des navires. Par exemple, à la suite des émeutes de 2007 qui ont été déclenchées dans la minorité russophone de Tallinn en raison du déplacement du monument du soldat de bronze soviétique, la Russie a refusé de donner son autorisation de traverser sa mer territoriale sous le droit de passage innocent à le navire commercial Vironia. Elle a transporté des marchandises et des passagers dans l'est du golfe de Finlande entre le port estonien de Sillamäe et le port finlandais de Kotka. La Russie a effectivement provoqué la fermeture de la ligne de ferry.

Dans la pratique, les États nordiques reconnaissent les menaces de la guerre hybride et se préparent activement à relever ces défis dans la région nord de la Baltique.20 Par exemple, le premier exercice d'entraînement à grande échelle de la Force expéditionnaire interarmées dirigée par le Royaume-Uni visait à contrer les menaces émanant d'une hypothétique guerre hybride en Estonie, y compris dans son domaine maritime.21 De même, le ministre finlandais de la Défense a mis en garde contre la possibilité que les îles démilitarisées d'Åland soient transformées en théâtre de guerre par de soi-disant petits hommes verts au cas où un État étranger serait prêt à enfreindre les règles du droit international.22

Implications juridiques de la zone grise dans le domaine maritime

L’agresseur utilise généralement des zones grises pour compliquer la prise de décision sur la (il) légalité de ses actions dans des situations de conflit et, du point de vue des autres États, complique la prise de mesures résolues en réponse. Cela tient en partie au fait que le seuil d’applicabilité du droit de la guerre navale dans les situations de conflit hybride reste incertain. Néanmoins, cela ne signifie pas nécessairement que les conflits hybrides doivent être soumis à un nouvel ensemble de règles. Habituellement, les incidents qui se sont produits dans des zones grises dans le contexte d'un conflit hybride (par exemple les exemples fournis ci-dessus) peuvent être soumis au cadre juridique du droit humanitaire ou de l'application des lois en temps de paix sur la base duquel il est possible d'évaluer leur légalité.

Les historiens ont souligné que la guerre hybride n'est pas un phénomène tout à fait nouveau et constitue simplement un nouveau terme pour un concept vieux de plusieurs siècles.23 Lors des négociations, de la rédaction et des discussions pendant le processus de création des traités pertinents sur le droit de la mer et les conflits armés, les États n'ont pas jugé nécessaire d'établir un cadre juridique distinct pour la guerre hybride. Lors de la rédaction des traités pertinents, ils sont plutôt partis des concepts traditionnels de lois de paix et de guerre. Bien que les progrès rapides de la technologie aient maintenant rendu possible l'adoption de moyens plus sophistiqués de guerre hybride, y compris la cyberguerre, les États devraient toujours être principalement en mesure de classer tout incident de guerre hybride sous les ramifications des conflits armés ou des opérations de maintien de l'ordre en temps de paix.

Tout nouveau cadre juridique pour la guerre navale hybride qui se situe entre les lois de la paix et de la guerre risquerait de créer des ambiguïtés supplémentaires dans l’évaluation de la légalité des actions de l’agresseur dans la soi-disant zone grise. En général, lorsque des différends surgissent sur l'interprétation des lois applicables dans des situations concernant des zones grises dans quelque domaine du droit que ce soit, un recours est fait aux tribunaux pour la justice et la sécurité juridique. De même, on peut s'attendre à ce que les ambiguïtés actuelles concernant la classification des incidents survenus dans les zones grises d'un conflit hybride se dissolvent progressivement dans les procédures devant les instances judiciaires internationales au cas par cas.

Dans ce contexte, la procédure arbitrale en cours entre l'Ukraine et la Russie sur l'incident du détroit de Kertch en novembre 2018 est particulièrement prometteuse. Le Tribunal international du droit de la mer a estimé que «la distinction entre les activités militaires et les activités de maintien de l'ordre doit être fondée principalement sur une évaluation objective de la nature des activités en question, en tenant compte des circonstances pertinentes dans chaque cas».24 Cette question sera probablement traitée plus en détail au cours de la procédure arbitrale instituée par l'Ukraine le 1er avril 2019 en vertu de l'annexe VII de la Convention sur le droit de la mer.25 sur l'incident du détroit de Kertch.26

Ainsi, au lieu de rédiger de nouvelles règles internationales sur la soi-disant zone grise dans la guerre ou les conflits hybrides, il serait peut-être faisable d'attendre d'abord que les organes judiciaires internationaux développent leur jurisprudence qui clarifierait les critères de distinction entre les opérations de maintien de l'ordre dans le domaine maritime des opérations de guerre navale.

Dans le même temps, les États pourraient modifier leurs actes juridiques nationaux actuels sur la défense nationale, l'application de la loi et l'état d'urgence afin de garantir que les dispositions clés sur la déclaration de l'état d'urgence ou de la guerre et le maintien de l'ordre dans le domaine maritime sont suffisamment flexibles. pour répondre aux défis dynamiques de la guerre hybride. Cela peut nécessiter des modifications des définitions nationales telles que celles relatives à l'état d'urgence ou à l'état de préparation de la défense. Par exemple, maintenir dans un acte juridique interne une liste fermée d'instances qui constituent une menace pour l'ordre constitutionnel (par exemple, activité terroriste, isolement forcé d'une zone), et offrir une condition préalable pour qu'un État déclare l'état d'urgence, pourrait ne pas permettre elle pour s'attaquer proportionnellement aux tactiques irrégulières et aux formations de la guerre hybride. C'est particulièrement le cas lorsqu'un État a défini l'état d'urgence via une liste fermée et périmée d'activités qui sont considérées comme menaçant son ordre constitutionnel. Les États qui sont situés en première ligne de la guerre hybride devraient envisager d'assouplir le seuil de déclaration de l'état d'urgence.

Conclusion

Sur la base des incidents survenus en mer Noire, dans le détroit d'Ormuz, dans la mer Baltique et dans la mer de Chine méridionale au cours de la dernière décennie, on peut raisonnablement affirmer que la pratique des États démontre l'utilisation croissante des techniques de guerre navale hybrides. Pourtant, l’acceptation d’un nouveau concept juridique de conflit hybride qui se situe entre les domaines de la guerre navale et de l’application des lois en temps de paix pourrait encore compliquer l’évaluation déjà difficile de la légalité des actions de l’agresseur dans la soi-disant zone grise. Un cadre juridique distinct pour la guerre navale hybride créerait sans doute une ambiguïté juridique supplémentaire, plutôt que d'aider à résoudre les problèmes actuels en distinguant le droit de la paix des lois de la guerre navale. Par conséquent, cela pourrait contribuer aux objectifs des États qui utilisent des pratiques de guerre hybride maritime.

Les États peuvent attendre que les organes judiciaires internationaux établissent une jurisprudence solide sur les différences entre les opérations militaires et de maintien de l'ordre dans le contexte d'un conflit hybride, y compris dans la procédure en cours sur l'incident du détroit de Kertch en novembre 2018. Dans le même temps, les États devraient réviser leur des actes juridiques internes, le cas échéant, pour garantir que les dispositions clés relatives à la déclaration de l'état d'urgence ou de guerre et au maintien de l'ordre dans le domaine maritime sont suffisamment flexibles pour répondre aux défis dynamiques de la guerre hybride.

Le Dr Alexander Lott est stagiaire postdoctoral au Centre norvégien pour le droit de la mer de l'Université de Tromsø, l'Université de l'Arctique de Norvège. Il est également maître de conférences en droit administratif à l'Université de Tartu, en Estonie.

Références

1. F. G. Hoffman. Conflit dans le 21st Siècle: La montée des guerres hybrides. Arlington 2007, p. 29.

2. C. Kremidas-Courtney. Lutte contre les menaces hybrides dans l'environnement maritime. – Centre pour la sécurité militaire internationale, 11.06.2018.

3. Voir également S. Haines. Guerre en mer: lois du XIXe siècle pour les guerres du XXIe siècle? – 98 Revue internationale de la Croix-Rouge 2016 (2), pp.419, 443-444.

4. C. Callaghan, R. Schroeder, W. Porter. Cartographie des réseaux maritimes gris pour la guerre hybride. Centre pour la sécurité maritime internationale, 01.07.2020.

5. J. Niinistö. Itämeren geostrateginen merkitys kasvussa. Centrum Balticum, 02.03.2017.

6. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Manuel électronique des statistiques 2019. Nations Unies 2019.

7. Conseil de l'Union européenne. Stratégie de sécurité maritime de l'Union européenne. Bruxelles 2014, p. 6-7.

8. Voir, par ex. J. Stavridis. La guerre hybride maritime arrive. – 142 Actes du US Naval Institute 2016 (12).

9. Z. Keyuan. La navigation en mer de Chine méridionale: pourquoi encore un problème? – 32 The International Journal of Marine and Coastal Law 2017 (2), p. 244.

10. HELCOM. Assurer une expédition en toute sécurité dans la Baltique. Helsinki 2009, p. 2.

11. Ministère de la défense. Future Security Challenges in the Baltic Sea Region: A study for the Swedish Armed Forces by the Development, Concepts and Doctrine Center. Shrivenham 2015, p. 4.

12. G. Kuczyński. Nord Stream 2: un piège pour l'Ukraine. Revue de l'Institut de Varsovie, 10.02.2019.

13. M. Papatulica. La région de la mer Noire au carrefour des intérêts des plus grands acteurs mondiaux de l’énergie. L'impact sur la Roumanie. – 22 Procedia Economics and Finance 2015, pp.475, 478.

14. P. Nobakht. Pourquoi le détroit d'Ormuz est-il important? BBC News, 11.06.2019.

15. Voir Stavridis, supra n 8.

16. Voir J. Kraska. L'incident du détroit de Kertch: droit de la mer ou droit de la guerre navale? EJIL: Parlez!, 03.12.2018.

17. L. J. Morris et coll. Obtenir un avantage concurrentiel dans la zone grise: options de réponse en cas d'agression coercitive en dessous du seuil de guerre majeure. La RAND Corporation, Santa Monica 2019, p. 92.

18. Keyuan, supra n 9, p. 245.

19. Voir plus loin A. Lott. Le régime juridique de la partie septentrionale de la mer Baltique dans le contexte des récents développements de sécurité. – Stratégique 2019 (1-2), pp. 255-272.

20. C. S. Chivvis. Comprendre la «guerre hybride» russe et ce qui peut être fait à ce sujet. The RAND Corporation, Santa Monica 2017, p. 7.

21. Voir V. Lauri. Salmistul toimub brittide meredessant. ERR Uudisé, 29.06.2019. Voir également D. Cavegn. Exercice de planification des opérations de débarquement au Royaume-Uni en Estonie à l'été 2019. ERR News, 09.12.2018.

22. Niinistö, supra n 5. R. Uosokainen. Puolustusministeri Niinistö: Demilitarisoituna Ahvenanmaa muodostaa sotilaallisen tyhjiön. Yle Uutiset, 17.10.2016.

23. P. R. Mansoor. Introduction: Hybrid Warfare in History, dans W. Murray, P. R. Mansoor (éds.). Guerre hybride: combattre des adversaires complexes du monde antique à nos jours. New York: Cambridge University Press 2012, p. 1.

24. Tribunal international du droit de la mer. Ordonnance: affaire relative à l'immobilisation de trois navires de la marine ukrainienne (Ukraine c.Fédération de Russie), 25.05.2019, par. 66.

25. Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Montego Bay 10.12.1982, e.i.f. 16.11.1994.

26. Annexe VII Tribunal arbitral. Différend relatif à la détention de navires et de militaires ukrainiens (Ukraine c. Russie). Affaire n ° 2019-28.

Image en vedette: Pont du détroit de Kertch (Wikimedia Commons)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *