Catégories
Fleuves et rivières

Honte aux États du port pour le traitement de

Les États du port bénéficient grandement des navires qui font escale dans leurs ports, chargeant et déchargeant les cargaisons avec une grande efficacité et rapidité. Les articles fabriqués dans ces États et vendus à l'étranger maintiennent bon nombre de leurs citoyens à un emploi rémunéré. Les articles importés approvisionnent les magasins de leur nation et fournissent des biens à leurs citoyens. Les ports physiques utilisés par les navires sont des aimants d'emploi, attirant un large éventail d'industries.

Pourtant, lorsque la pandémie COVID-19 a éclaté, ces États du port ont pris des mesures rapides contre les navires mêmes qui maintiennent leur économie en activité.

Ils l'ont fait, non pas en empêchant les navires de charger et de décharger les cargaisons, mais en interdisant les changements d'équipage. Ainsi, leurs économies n'ont subi aucun préjudice immédiat. Le préjudice a été subi par des milliers de marins voués à des voyages d'une durée indéterminée. Cela nuit à la santé physique et mentale des gens de mer et nuit à leurs familles au pays.

Les États-Unis ont récemment publié une série d'exigences onéreuses pour le rapatriement des marins étrangers sur des navires de croisière au ralenti dans les eaux américaines. Le processus d'obtention de l'approbation pour le rapatriement est complexe, fastidieux et coûteux. Pour autant que je sache, seule une poignée de marins ont été rapatriés au cours de ce processus. Mais au moins, les États-Unis ont fait quelque chose.

La plupart des autres nations n'ont pratiquement rien fait.

La Maritime and Coastguard Agency (MCA) du Royaume-Uni a récemment immobilisé cinq paquebots de croisière au ralenti dans ses eaux parce qu’ils n’ont pas terminé les inspections en temps voulu et ne se sont pas pleinement conformés aux exigences de la convention du travail maritime. Les enquêteurs ont également découvert un certain nombre de contrats de travail des marins expirés et invalides, des retards de paiement et des marins qui sont à bord depuis plus de 12 mois. Les efforts de rapatriement auraient été contrecarrés par le changement de politique du gouvernement indien concernant son autorisation de retour des marins indiens. Il n'est pas étonnant que certaines compagnies de croisières aient trouvé moins contraignant de faire naviguer certains de leurs navires vers les ports des nations de leurs équipages et de les ramener directement chez eux.
Alors que la presse a consacré une bonne partie de son temps à rendre compte du sort des gens de mer sur des paquebots de croisière au ralenti, peu discutent du problème plus grave des gens de mer sur les cargos. Des milliers de ces marins sont coincés dans une forme de servitude sous contrat sur leurs navires, incapables de se faire remplacer et de rentrer chez eux. Ils continuent à faire des escales, à charger et décharger des cargaisons, à charger de la nourriture et d'autres produits de première nécessité et à décharger des déchets – mais ils ne sont pas autorisés à se rendre à terre. Les seules personnes qui montent à bord sont les pilotes, l'inspecteur ou l'arpenteur occasionnel de l'État du port et les débardeurs nécessaires qui manipulent la cargaison. Tout le monde maintient une distance sociale et beaucoup portent des masques. Il n'y a pas de poignées de main.

On pourrait soutenir que ces marins sont involontairement isolés des ravages du COVID-19. Ils ne s'associent pas avec les autres pendant des semaines et parfois des mois à la fois. Pourtant, peu de ces marins ont contracté le COVID-19.

Le bilan, cependant, est la mouture du travail sans fin sans interruption. Elle impose des sanctions physiques et mentales aux marins. Au fur et à mesure qu'ils endurent cette routine, leur capacité à exécuter en toute sécurité et en profondeur leurs tâches importantes diminue. Cela met leurs navires et l'environnement en danger.
Singapour reconnaît ces risques et a approuvé plus de 40 000 demandes de changement d'équipage à la mi-juin. Malheureusement, c'est l'exception. À moins que d'autres États du port ne reconnaissent leur responsabilité, comme l'ont souligné l'OMI et d'autres agences internationales, ainsi que les syndicats des travailleurs maritimes, les dangers pour ces marins, leurs navires et l'économie internationale continueront de croître. Honte aux États du port d'avoir permis à cette situation évitable de se manifester et de s'envenimer ensuite pendant des mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *