Catégories
Fleuves et rivières

Hapag-Lloyd maintient ses objectifs pour 2020

Le paquebot allemand Hapag-Lloyd, vendredi, est resté fidèle à ses prévisions de bénéfices pour l'année entière, mais a averti que les ruptures d'approvisionnement et une demande plus faible en raison de la crise des coronavirus pourraient conduire à une révision de ses prévisions au second semestre 2020.

Numéro cinq mondial du transport de conteneurs, Hapag-Lloyd a annoncé une baisse de ses bénéfices de base au premier trimestre en raison de la hausse des coûts du carburant et d'une dévaluation des stocks de soutes à la fin de la période, lorsque les prix du pétrole ont commencé à chuter en cas de baisse de la demande.

L'évolution a masqué un impact positif de l'augmentation des volumes de transport – qui ont augmenté de 4,3% à plus de 3 millions d'unités équivalentes de 20 pieds (EVP) – tandis que les taux de fret ont augmenté de 1,4% pour atteindre 1 094 $ / EVP.

Le chef de la direction, Rolf Habben Jansen, a déclaré à Reuters que le deuxième trimestre connaîtrait un coup important, les volumes de transport pouvant chuter jusqu'à 10%.

Cependant, avec la Chine, partenaire commercial clé de l’Europe, qui commence à reprendre son activité économique, et grâce à des mesures de coûts et de liquidité, la société pourrait traverser la tempête et bénéficier d’une reprise au second semestre.

"Nous avons conservé nos conseils, mais en faisant clairement référence à toutes les incertitudes", a déclaré Habben Jansen.

"Il est encore très probable que nous puissions nous retrouver dans la fourchette", a-t-il ajouté.

Les actions de la société ont augmenté de 5,8% à 07h55 GMT.

Le PDG de Hapag-Lloyd, Rolf Habben Jansen (Photo: Hapag-Lloyd)

Réserves de liquidité
Hapag-Lloyd table sur un bénéfice annuel avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) compris entre 1,7 milliard et 2,2 milliards d'euros (1,84-2,38 milliard de dollars) et un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) de 0,5 à 1,0 milliard.

Au premier trimestre, l'EBITDA a baissé à 469 millions d'euros contre 489 millions un an plus tôt tandis que l'EBIT est tombé à 160 millions d'euros contre 214 millions.

Le résultat net est en baisse de 74% à 25 millions d'euros.

La société a maintenant ajouté plusieurs centaines de millions d'euros à sa réserve de 1,1 à 1,2 milliard d'euros, permettant à ses opérations de se poursuivre sans entrave pendant 12 à 18 mois, si la demande persistait en dehors de la Chine, a déclaré Habben Jansen.

Si les conditions empirent, il retournerait sur le marché un "petit nombre à deux chiffres" de navires affrétés à l'expiration des contrats cette année, a-t-il déclaré.

Le leader du marché mondial Maersk, plus tôt cette semaine, a prédit une baisse des volumes de conteneurs mondiaux cette année, mais a également mis l'espoir d'une reprise partielle au quatrième trimestre.

Le rival français CMA CGM a dû recourir à un prêt public pour renforcer sa trésorerie.

(Reportage par Vera Eckert, édité par Edward Taylor et Emelia Sithole-Matarise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *