Catégories
Fleuves et rivières

Garder le Conseil de l'Arctique sur l'objectif

Semaine thématique sur la gouvernance des océans

Par Ian Birdwell

introduction

Ce mois de juin a été troublant pour l'Arctique. La Russie a connu trois événements que le Conseil de l'Arctique redoute depuis des années: une marée noire, une éclosion d'incendies de forêt, et le record de température arctique le plus chaud étant fixé avec une journée à 100 degrés Fahrenheit en Sibérie. Cependant, la Russie n'est pas la seule à faire face à ces événements. Le Conseil de l’Arctique, la principale organisation multilatérale de l’Arctique, a cherché à préparer la région et le globe à l’éventualité d’un réchauffement de l’Arctique.

Ces événements récents mettent en lumière à la fois le travail accompli par le Conseil pour promouvoir des cadres gouvernementaux régionaux et le long chemin qui reste à parcourir pour remplir sa mission de surveillance de l'environnement arctique. Le Conseil n'est pas resté inactif depuis sa création en 1996 et promeut continuellement des mesures actives pour assurer la protection de l'environnement arctique alors que la région se réchauffe et s'ouvre à une activité économique accrue, avec une multitude de groupes de travail, d'accords et recommandations politiques se manifester pour répondre à des préoccupations telles que les déversements d'hydrocarbures et le retrait de la glace de mer. Cet été représente un test majeur pour le Conseil de l'Arctique, car ces crises surviennent à un moment où le Conseil de l'Arctique est entraîné dans des directions qu'il préférerait éviter. Les tensions montent entre les deux États les plus puissants du Conseil, les États-Unis et la Russie, et appels à diriger le Conseil pour faire face à la militarisation croissante de l'Arctique sont passés de dirigeants de premier plan.

Historiquement, le Conseil a tempéré sa concentration sur les questions qu'il peut résoudre et pour lesquelles il peut obtenir une coordination régionale, allant de la recherche environnementale aux nouveaux accords régionaux, chaque État du Conseil faisant sa part pour habiliter l'institution à atteindre ces objectifs communaux en reconnaissant les limites du Conseil. Compte tenu de l'affaiblissement de ces limites alors que la région connaît son pire mois de juin, le Conseil de l'Arctique se trouve dans un territoire nouvellement tendu.

Il devient essentiel d'examiner ce mois de juin dans la perspective de l'amélioration de la gouvernance de l'océan Arctique pour s'attaquer à ces problèmes environnementaux émergents. Compte tenu du bilan du Conseil de l'Arctique dans l'élaboration de cadres régionaux, la solution appartient à lui et à ses États membres. En particulier, reconnaître les limites du Conseil et son rôle adopté permettrait au Conseil de faire le travail pour lequel il a été conçu en assurant la coordination de la recherche scientifique, des réglementations et de la représentation autochtone au lieu de devenir un autre champ de bataille institutionnel pour la concurrence internationale. Ainsi permis, le Conseil serait en mesure d’accroître la discrétion qu’il a maintenue sur les questions de l’Arctique pendant plus de 20 ans en créant des règlements mutuellement reconnus pour les voies navigables de l’Arctique et en renforçant le régime maritime international dans son ensemble.

Facilitateur régional et forum

Le Conseil de l'Arctique est né des efforts de préservation de l'environnement arctique en 1996 et aujourd'hui coordination de la recherche entre tous les membres et les observateurs du Conseil de l'Arctique restent primordiaux. Il s'agit du premier domaine dans lequel les membres pourraient contribuer à l'élaboration de cadres gouvernementaux pour la région arctique en habilitant le Conseil en réaffirmant sa mission de coordonner la recherche scientifique régionale. La recherche scientifique coordonnée par le Conseil permet aux États membres de s'attaquer aux problèmes émergents, de saisir de nouvelles opportunités et de protéger leurs communautés.

L'exemple le plus clair d'une telle diffusion d'informations est lié à la publication du Évaluation de l'impact du climat arctique 2004 qui a renouvelé l'intérêt mondial pour le potentiel d'un Arctique chaud et le sort de l'environnement unique de la région polaire. Cette recherche n'est pas glamour et ne donne pas de résultats immédiats, mais elle est fondamentale pour la mise en place de politiques régionales efficaces pour tous les États membres en réponse aux changements croissants de l'Arctique. Particulièrement, la coordination de la recherche permet une compréhension plus large de la transformation régionale, un partage d'idées et de perspectives, et a résisté à l'épreuve des tensions en maintenant des relations en dépit de désaccords internationaux plus larges. En effet, la poussée du Conseil vers la recherche scientifique a permis aux États principalement concernés par l’environnement mondial au sens large de maintenir la flexibilité des politiques arctiques sans changer radicalement leurs propres politiques nationales. Cette stabilité de la coordination de la recherche pourrait être perturbée par des appels continus au Conseil pour qu’il s’agisse de la militarisation régionale, ce qui à son tour pourrait avoir un impact négatif sur la collecte et la coordination de la recherche au sein du réseau du Conseil. Ainsi, la reconnaissance des limites du Conseil dans le traitement des questions émergentes concernant la militarisation permet le fonctionnement continu de la coordination scientifique et de la diplomatie dans le Grand Nord et préserve l'élaboration des politiques nationales pour les membres du Conseil.

L’un des aspects les plus reconnaissables du Conseil de l’Arctique est l’inclusion de diverses organisations autochtones de toute la région arctique. Il s'agit du deuxième domaine dans lequel le Conseil de l'Arctique pourrait contribuer à promouvoir la gouvernance maritime de l'Arctique, car il a joué un rôle essentiel dans la participation des communautés autochtones locales. Le changement climatique ravage le paysage arctique de différentes manières, de sorte que le Conseil de l'Arctique s'est engagé à faire en sorte que les modes de vie des communautés autochtones régionales soient préservés au mieux et que leurs voix soient entendues à travers le Organisations des participants permanents du Conseil de l’Arctique et Secrétariat des peuples autochtones. Cet engagement avec la communauté autochtone a joué un rôle important dans l'engagement régional global du Conseil de l'Arctique, avec le Conseil soutient les questions critiques comme les initiatives en matière de santé, d'économie et d'éducation parallèlement aux programmes de préservation culturelle. À leur tour, ces communautés fournissent aux États membres des experts offrant une connaissance approfondie de l'environnement local, des conditions climatiques et des impacts en temps réel du changement climatique dans toute la région, donnant au Conseil informations critiques sur le terrain sur l'impact du réchauffement régional sur l'Arctique.

Alors que le Conseil est poussé à aborder des questions telles que la militarisation et d'autres questions politiques risquées, les communautés autochtones de l'Arctique pourraient être mises à l'écart alors que le capital politique est dépensé pour répondre à des intérêts nationaux plus étroits. Cela pourrait nuire à la capacité du Conseil de traiter des problèmes maritimes croissants tels que la mise en danger des environnements marins en raison de l'augmentation de l'activité humaine ou du changement climatique, problèmes pour lesquels les communautés autochtones sont les plus vulnérables et les plus conscientes du changement climatique. Ainsi, il y a le risque que le Conseil ne soit pas en mesure de résoudre les problèmes constatés par les populations autochtones s'il se concentre sur la militarisation ou d'autres questions fortement liées aux intérêts nationaux concurrents des États membres.

L'une des réalisations majeures du Conseil de l'Arctique au cours de la dernière décennie a été l'établissement d'une série de rapports et de règlements sur la navigation maritime qui ont été adoptés par l'Organisation maritime internationale comme le Polar Code en 2017. C'est un autre domaine dans lequel le Conseil de l'Arctique pourrait renforcer la gouvernance maritime de l'Arctique. L’histoire du Conseil de l’Arctique consistant à amener les membres à se rassembler pour aborder les questions communales liées à la gestion de l’environnement et à la prévention des catastrophes majeures a été fondée sur le fait de placer la coopération au-dessus de l’intérêt national, et cela a servi de fondement au régime de réglementation actuel de l’Arctique, avec plusieurs accords et groupes de travail axé sur ces préoccupations.

Une infographie illustrant les exigences de sécurité du Code polaire (Cliquez pour agrandir) (Infographie via l'Organisation maritime internationale)

Pourtant, l'envie de promouvoir les intérêts nationaux n'a pas été dissipée, comme en témoigne la Déclaration d'Ilulissat de 2008, mais il a été tempéré dans les limites du Conseil tout au long de l'histoire de l'organisation. Malheureusement, plusieurs déclarations de préoccupation très médiatisées concernant la militarisation de l'Arctique au sein des structures du Conseil servent à pousser les conversations sur la préparation des États face aux calamités climatiques de l'Arctique et sur la préparation du Conseil à fournir l'assistance nécessaire aux États dans le besoin. Cette trop grande prise en compte des intérêts nationaux détourne l'attention des principes centraux du Conseil de l'Arctique et rend beaucoup plus difficile pour le Conseil de maintenir des voies de coopération pour aider à résoudre des problèmes croissants tels que le retrait de la glace de mer, la migration, les déversements d'hydrocarbures et les incendies de forêt alors que certains pays luttent pour établir une vague dominance du Conseil. Réduire la pression sur le Conseil en tant qu'organe pour résoudre des problèmes comme la militarisation contribuerait à maintenir son rôle d'organisme fournissant des orientations réglementaires aux États membres qui connaissent la transformation la plus rapide.

Conclusion

Le Conseil de l'Arctique est le meilleur organisme international pour commencer à aborder les questions complexes entourant la gouvernance maritime dans les voies navigables de la région arctique en développant et en codifiant les réponses communales aux problèmes régionaux. Pour que le Conseil puisse mener de telles politiques de manière efficace, il doit disposer d’une communauté de membres désireux de travailler ensemble et de reconnaître les limites imposées au Conseil qui ont jusqu’ici permis son efficacité depuis plus de 20 ans.

Ian Birdwell est titulaire d'un doctorat. Étudiant au programme d'études supérieures en études internationales de l'Université Old Dominion. Ses recherches portent sur l'exploration des motivations qui sous-tendent la poursuite de la sécurité dans l'Arctique, la manière dont l'identité joue un rôle dans la culture des habitudes régionales et les impacts des routes commerciales émergentes sur la dynamique mondiale du pouvoir.

Image en vedette: «Pôle Nord» par Christopher Michael via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *