Catégories
Fleuves et rivières

Expéditions de céréales via la voie maritime du Saint-Laurent

Les expéditions de grains canadiens par les Grands Lacs-St. Le corridor commercial de la Voie maritime du Laurent est en hausse de 20% en réponse à la demande mondiale continue de blé et de canola, selon les derniers chiffres.

Les expéditions de céréales depuis le début de l'année (du 1er avril au 31 août) ont totalisé 5,2 millions de tonnes, les navires transportant du blé et du canola des Prairies et du blé et du soja de l'Ontario à la fois pour usage intérieur et pour l'exportation vers les marchés du monde entier.

La ruée vers les céréales, qui est reportée des récoltes de l'année dernière, a contribué à compenser les baisses continues liées à la pandémie dans d'autres cargaisons clés telles que le minerai de fer (en baisse de 23%), le vrac sec (en baisse de 11%) et le vrac liquide (en baisse 23%). Les expéditions globales de fret depuis le début de l'année via la Voie maritime ont totalisé 19,3 millions de tonnes, en baisse de 8% par rapport à la même période en 2019.

«Les Grands Lacs-St. Lawrence Seaway est une porte d'entrée commerciale clé pour les agriculteurs de l'Ontario, du Québec et des Prairies, mais aussi dans tout le Midwest américain », a déclaré Terence Bowles, président et chef de la direction de la St. Lawrence Seaway Management Corporation. «Nos clients s'attendent à de bonnes récoltes de toutes ces régions cette année et la Voie maritime est sur le point de faire un gros effort d'exportation de céréales jusqu'à la fin de l'année. En ces temps précaires, notre corridor de transport binational sera plus que jamais essentiel à la reprise économique du Canada et des États-Unis.

Le port de Thunder Bay, le plus grand port céréalier des Grands Lacs, a indiqué qu'il était sur la bonne voie pour sa meilleure année de cargaison depuis des décennies alors que les navires faisaient la queue pour charger le blé et le canola des Prairies à destination de l'Europe, de l'Amérique du Sud, des Caraïbes et du Moyen-Orient. Est et Afrique. Les installations portuaires ont traité un million de tonnes supplémentaires de céréales par rapport à la même période l'an dernier, soit une augmentation de 27%. «Notre projection de fin d'année pour notre tonnage global de fret se réduit à 10 millions de tonnes», a déclaré Tim Heney, président et chef de la direction de l'Administration portuaire de Thunder Bay. "Ce volume n'a pas été traité à Thunder Bay en une seule année depuis 1997."

La demande pour la grande récolte de 2019 de l'Ouest canadien s'est accélérée ce printemps, alors que les chaînes d'approvisionnement mondiales ont été perturbées avec le début de la pandémie du COVID-19.

Cependant, Heney ajoute que les volumes de céréales transitant par le port sont à la hausse depuis le démantèlement de la Commission canadienne du blé en 2013. «Les volumes de céréales sont toujours affectés par la qualité des récoltes et la demande fluctuante des marchés mondiaux. Mais les manutentionnaires de grains canadiens commercialisent maintenant leur propre blé et cherchent également à maximiser l'efficacité de leurs chaînes d'approvisionnement. Le port de Thunder Bay a les temps de rotation des wagons et des navires les plus rapides et cela s'est poursuivi et même amélioré pendant la pandémie, malgré des protocoles de sécurité supplémentaires étendus.

L'opérateur de navires basé à Burlington, McKeil Marine, a également signalé que ses volumes de céréales avaient augmenté de 13% en août et a annoncé ce mois-ci qu'il avait acquis un navire vraquier d'Europe qui sera livré au Canada pour s'ajouter à sa flotte intérieure. Construit en 2012, le M / V Juliana sera renommé en tant que navire canadien et renommé Harvest Spirit. The Harvest Spirit servira un client de longue date de McKeil qui s'efforce de répondre à la forte demande du marché pour les produits canadiens à base de céréales, de soja et de canola.

Le président de McKeil, Scott Bravener, a souligné: «À l’échelle nationale, nos marchés céréaliers continuent de bien fonctionner. En fait, la demande de céréales canadiennes est en plein essor, ce qui est une nouvelle particulièrement encourageante en ces temps difficiles. Nos exportations de céréales stimulent le volume global des expéditions de marchandises dans les Grands Lacs et la Voie maritime du Saint-Laurent et le Harvest Spirit permettra à McKeil de continuer à croître sur ce marché intérieur robuste. »

L'Administration portuaire de Hamilton-Oshawa (Ports HOPA) continue de voir le nombre de grains s'améliorer, les exportations de céréales au sein de leur réseau portuaire atteignant la barre du million de tonnes en août. Les ports de Hamilton et d'Oshawa fournissent une infrastructure d'exportation essentielle pour le maïs, le blé et le soya cultivés en Ontario.

«Nous avons attiré plus de 200 millions de dollars en nouveaux investissements dans le secteur agroalimentaire dans nos ports au cours de la dernière décennie», a déclaré Ian Hamilton, président et chef de la direction de HOPA Ports. «À mesure que les rendements des cultures continuent de s'améliorer et que de nouveaux accords commerciaux comme l'AECG créent davantage de possibilités d'exportation, ces ports seront encore plus essentiels pour les producteurs canadiens.

Alors que la saison d'expédition 2020 bat son plein, les expéditions de marchandises en vrac sont restées fortes au port de Toronto alors que les expéditions de ciment, d'acier, de sel et de sucre continuent d'être reçues.

Geoffrey Wilson, PDG de PortsToronto, a déclaré: «Bien que la pandémie mondiale de COVID-19 ait eu un impact au port, la réglementation fédérale annulant effectivement la saison 2020 des navires de croisière, le tonnage du port est resté cohérent avec cette période de l'année dernière et le port de Toronto est bien positionnée pour le reste de la saison d'expédition.

Port Windsor a signalé qu'il avait rebondi après un démarrage lent au printemps causé par le retard de l'ouverture de la Voie maritime et l'ordonnance d'urgence COVID de l'Ontario qui a interrompu la construction pendant plusieurs semaines. Après une baisse printanière de -18% par rapport à 2019, les volumes globaux de fret ont bondi pour récupérer plus de 12% de ce déficit au cours de l'été.

Steve Salmons, président et chef de la direction de Port Windsor, a déclaré: «Les expéditions de céréales ont augmenté de 12% par rapport à 2019, le plus élevé en plus de cinq ans. Les granulats poursuivent leur rebond en réponse à plusieurs grands projets routiers régionaux et à la construction du pont international Gordie Howe. Les expéditions de sel maintiennent également leurs niveaux historiquement élevés en prévision des prochains mois d'hiver. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *