Catégories
Fleuves et rivières

Covid-19 Fears & the Alaskan Salmon Season in Bristol BayOld Salt Blog

Chaque année, l'industrie de la pêche en Alaska attire des dizaines de milliers de travailleurs migrants. Dans la baie isolée de Bristol, en Alaska, entre 10 000 et 15 000 pêcheurs viennent travailler sur les bateaux à saumon sillonnant la mer de Béring, tandis que quelque 6 000 autres travailleurs arrivent pour traiter le saumon ramené à terre. La pêche au saumon rapporte 700 millions de dollars chaque année dans cette région éloignée et peu peuplée. Mais, comme le rapporte le Counter, avec seulement 15 lits d'hôpital et des ressources médicales limitées, les chefs de tribus locaux se demandent: les risques en valent-ils la peine?

En date du 23 juin, Alaska Public Media rapporte que 12 travailleurs des produits de la mer à Dillingham, une ville pivot de Bristol Bay, ont été testés positifs pour COVID-19 alors qu'ils étaient en quarantaine, provoquant l'anxiété dans la petite communauté. La région de Bristol Bay n’a pas avoir un seul cas Covid-19 jusqu'au 16 mai. La saison de pêche au saumon commence au début de juin.

Les 21 communautés rurales qui composent Bristol Bay ne sont accessibles que par bateau ou par avion. Répartie dans une région à peu près de la même taille que la Virginie, la population totale ne dépasse que 6 700 personnes, dont la majorité sont originaires de l'Alaska.

«La grande majorité de notre économie est au cœur de la pêche commerciale», a déclaré Alannah Hurley, directrice exécutive de United Tribes of Bristol Bay à ABC News. «Ce fut une décision difficile à prendre, mais elle était nécessaire.»

Pour les habitants, c'est leur terre – mais pas leur appel.

Dans un mandat officiel COVID-19 sur la santé envoyé par son bureau en avril, le gouverneur Mike Dunleavy a établi des lignes directrices à suivre par les navires de pêche commerciale indépendants pendant que l'industrie commence sa saison de pêche.

"L'État de l'Alaska reconnaît l'importance de notre flotte de pêche commerciale pour notre économie et notre mode de vie en tant qu'Alaska", indique le communiqué. «Afin d'assurer une saison de pêche sûre et productive cette année, tout en protégeant au maximum les communautés de l'Alaska de la propagation du virus, l'État met en place des mesures de protection normalisées à suivre par tous les navires de pêche commerciale indépendants opérant en Alaska. les eaux et les ports. "

Une fois le poisson pêché, des milliers de travailleurs travaillent côte à côte et travaillent de 16 à 20 heures dans les usines de transformation. Ils mangent ensemble dans les réfectoires puis se couchent ensemble – dans certains cas, six à huit personnes dans une pièce. Il existe de sérieuses préoccupations quant à la façon dont un virus comme COVID-19 peut éventuellement être empêché de se propager.

Il y a aussi des préoccupations au sujet des pêcheurs sur les bateaux. Début juin, le chalutier-usine basé à Seattle, Dynastie américaine, a interrompu sa saison de pêche après que près de 100 des 126 membres d'équipage ont été testés positifs pour COVID-19. Par la suite, quatre sur le Triomphe américain et 21 le Northern Jaeger, également testé positif. On craint sérieusement que les équipages des bateaux de l'Alaska ou des bateaux de pêche à destination de l'Alaska ne propagent le virus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *